La glace pour traiter une blessure?

Chaque semaine, la même question m’est posée: “est-ce que je devrais mettre de la glace sur ma blessure?” La question semble anodine, mais la réponse est plus complexe qu’on pourrait le croire.

En 1978, le Dr Gabe Mirkin a créé l’acronyme “RICE”, c’est-à-dire “rest, ice, compression, elevation” (repos, glace, compression, élévation). Cette marche à suivre est rapidement devenue la référence en matière de traitement des blessures aigües. On souhaitait, avec ces quatre étapes, diminuer l’inflammation et l’enflure, afin de diminuer la douleur le plus rapidement possible. Or, au courant des dernières années, plusieurs études se sont penchées sur la question et l’utilisation de la glace est de plus en plus remise en question. En effet, bien qu’elle permettrait de rapidement diminuer la douleur , elle ne serait pas très efficace pour favoriser la guérison des tissus, et pourrait même en retarder le processus.

Il faut comprendre que le processus inflammatoire (qui cause l’enflure, la rougeur, la douleur et la chaleur locale) est en fait la réponse du corps humain aux blessures. Le corps, pour réparer les dégâts, dilate les vaisseaux sanguins de la région affectée pour permettre l’apport de plus de globules blancs, plus de protéines, plus de sucres, plus d’oxygène, etc. que les tissus endommagés utiliseront pour leur guérison. Lorsque l’on applique de la glace sur une blessure, le corps réagit par une vasoconstriction qui diminue la circulation sanguine et l’apport des éléments essentiels à la guérison. La blessure risque donc de perdurer plus longtemps. On rapporte même dans la littérature que l’application de glace peut entraîner la mort de cellules saines, et des dommages nerveux!

En 2014, le Dr Mirkin a publié un nouveau document dans lequel il donne ses nouvelles recommandations. Selon lui, il peut être utile d’utiliser de la glace comme analgésique dans un contexte où la personne blessée doit poursuivre ses activités, par exemple durant un match pour un sportif. Il faut cependant noter que la glace peut diminuer la performance, la vitesse, l’endurance et la coordination de l’athlète. Dans ce contexte, la glace ne devrait être appliquée que pour 5 minutes, et l’athlète devrait se réchauffer par la suite avant de reprendre son activité. Il n’y a, selon lui, aucune raison d’utiliser de la glace si la blessure est survenue il y a plus de 6 heures.

En cas de blessure, il peut être utile de consulter d’abord un médecin si l’on craint d’avoir une blessure sérieuse (fracture, entorse sévère, etc). Par la suite, il peut être utile d’élever le membre atteint afin de minimiser l’enflure. Il est surtout important de continuer à bouger, tant que possible et selon votre tolérance. Il ne faut rien faire qui augmente la douleur, mais maintenez autant que possible vos activités habituelles: marche, travail, sport.

Votre ostéopathe pourra vous aider à évaluer l’ampleur de votre blessure, vous référer à votre médecin au besoin, et établir avec vous un plan afin de diminuer et résoudre votre douleur.

Karl Dagenais, Bsc.Inf., D.O.
Ostéopathe

http://www.drmirkin.com/fitness/why-ice-delays-recovery.html
https://www.caringmedical.com/prolotherapy-news/rest-ice-compression-elevation-rice-therapy/

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *